Mon histoire

Livre écrit pendant l'enfanceEn fouillant dans mes tiroirs, il y a de cela quelques années maintenant, je suis tombée sur ce petit feuillet. D’une écriture enfantine, j’y ai compté la toute première histoire que j’ai pu concevoir.

C’est en 2003, du haut de mes 9 ans que je me suis amusée à écrire, coller, dessiner et découper pour fabriquer à la main et de toutes pièces mon tout premier livre !

L’auteure

10 ans plus tard, en 2013, mon rêve se réalise avec l’auto-publication de Ni de Jour Ni de Nuit. Une histoire née d’un sujet de rédaction fournie par mon professeur de français en troisième.

Auteure ni de jour ni de nuit

Si, petite, je pensais :

« Quand je serai grande, je serais écrivaine ! »

On m’avait toujours dit que c’était impossible. A peinte un an plus tard, j’auto-publiais mon deuxième roman, De Mots en mains. Et si le troisième aurait pu suivre dans les traces des deux précédents, plusieurs événements m’ont empêché de mener ce projet à bout.

Livre De mots en mains

La romancière

En 2017, je repris l’écriture de manière soutenue en m’installant officiellement comme Rédactrice Web, ce n’est qu’en 2019 que je finis par aboutir à mon troisième roman, motivée par le concours d’écriture sur le thème du développement personnel organisé par Amazon, les Éditions Prisma, le magazine Femme actuelle, Kindle direct publishing et Audible.

Mathilde Chabot au milieu de ses livres

Auteure, écrivaine ou romancière, qu’importe le nom, me voilà de retour dans le monde de l’écriture de livre avec l’auto-publication de L’Industrie du bonheur !

L’illustrateur

Auteure et illustrateur de l'industrie du bonheur

Mon histoire, je la partage avec mon papa. Si c’est en 2013, que j’ai pris le chemin de l’auto-publication pour la première fois, c’est en 2014 qu’il m’a suivi, avant d’être rapidement contacté par une maison d’édition.

Mon papa, Didier Chabot, illustre tous mes livres, mais est aussi écrivain. Deux de ses livres sur la vannerie (fabrication d’objets décoratifs tressés avec des fibres végétales) sont aujourd’hui publiés par les Éditions de Terran.

  

La correctrice

C’est aux Éditions Millefeuille que j’ai rencontré Nathalie Perrot, en 2015, alors que je finissais mon Master Livres et Médiation dans cette maison d’édition bretonne publiant des albums pour enfants en lien avec le patrimoine.

Correctrice et relectrice

Elle a rejoint notre petite équipe informelle pour se charger de la correction de mon troisième roman, L’Industrie du bonheur, avant qu’il ne soit disponible en ligne pour les lecteurs.